Pesticides et engrais dans l'eau potable Suisse

Pesticides dans l'eau potable - les analyses privées valent-elles la peine en Suisse ?

Image by <a href="https://pixabay.com/users/hpgruesen-2204343/?utm_source=link-attribution&utm_medium=referral&utm_campaign=image&utm_content=1359862">Erich Westendarp</a> from <a href="https://pixabay.com/?utm_source=link-attribution&utm_medium=referral&utm_campaign=image&utm_content=1359862">Pixabay</a>

En 2020, deux référendums ont été organisés en Suisse autour de la limitation de l'utilisation des pesticides synthétiques. Cela peut également être trouvésur le site officiel de la Confédération suisse. Cependant, les deux ont été rejetés à la majorité au Conseil central au motif qu'ils allaient trop loin. Mais quelle est l'ampleur de la menace des pesticides dans l'eau potable en Suisse ?

Quels pesticides trouve-t-on souvent dans l'eau potable ? 

Alors que la vente de glyphosate a été interdite en Autriche en 2019, par exemple, ce produit est toujours utilisé régulièrement en Suisse. Le glyphosate est un pesticide qui empêche toutes les plantes de pousser en supprimant une enzyme. Étant donné que les humains ne possèdent pas cette enzyme, elle ne semble pas nocive à première vue. Cependant, plusieurs études suggèrent que le glyphosate peut être cancérogène pour les humains et les animaux. Une contre-étude qui a été diffusée et était financée secrètement par Monsanto, une entreprise leader dans le domaine des pesticides, s'est avérée non concluante.

 À la suite de ce scandale, l'étude a été supprimée, mais la désinformation circule toujours. D'autres pesticides qui ont été trouvés dans l'eau potable suisse sont, par exemple, l'herbicide pour betteraves Chloridazon, que l’on a trouvé dans des tests approfondis. Il en va de même pour les fongicides chlorothalonil et atrazine, dont la concentration est à nouveau en baisse depuis son interdiction en 2007. On dit que les herbicides aident à lutter contre les mauvaises herbes et les fongicides contre les attaques fongiques. Tous ces pesticides sont synthétiques et peuvent être nocifs à fortes doses. 


 

Mais les valeurs limites de l'UE pour les pesticides dans l'eau potable ne nous protègent-elles pas ?

En 2001, l'UE a fixé une valeur limite de 0,1 microgramme dans les eaux potables et souterraines pour les substances actives dans les produits phytopharmaceutiques et leurs produits métaboliques. Si ces valeurs sont dépassées, comme dans le village de Kappelen dans le canton de Berne, par exemple de 22 fois cette quantité, il ne se passe pas grand-chose. Le problème est à résoudre avec de nouvelles conduites et la réduction à long terme de l'utilisation de matériaux. Un autre problème est le mouvement extrêmement lent.
 Jusque dans les années 1980, des pesticides contenant du plomb étaient utilisés dans l'UE, et ils peuvent toujours être présents dans l'eau potable en Suisse et dans l'UE. Bien que la valeur limite pour le plomb vient d'être abaissée de 0,1 microgramme à 0,05 microgramme, le règlement effectif n'entrera pas en vigueur avant 15 ans. Et cela bien qu'une quantité réellement critique soit dépassée.

Comment les pesticides et les engrais pénètrent-ils dans l'eau potable ?

Il existe bien sûr des réglementations strictes pour la consommation directe de pesticides et d'engrais. Cependant, malgré une utilisation appropriée, des pesticides et des engrais peuvent apparaître dans les eaux souterraines. Ces substances pénètrent dans les eaux souterraines via la terre et les rivières, et de là vers nous dans les robinets d'eau. Souvent, les personnes touchées ne savent même pas que leur eau potable est contaminée, car les substances nocives sont souvent inodores et insipides.

Dans ce cas, la certitude ne peut être fournie que par une analyse privée de l'eau, car elle examine individuellement votre eau personnelle et fournit des valeurs claires.

La poison, est-elle vraiment indispensable ?

Auparavant, les mauvaises herbes étaient combattues mécaniquement, c'est-à-dire que les agriculteurs labouraient les champs, mais alors que le nombre d'agriculteurs diminue, la taille des champs augmente progressivement. Cela signifie qu’ils ont beaucoup plus de surface à travailler, et cette méthode est de moins en moins utilisée. En outre, le Conseil fédéral suisse apporte actuellement un soutien financier aux agriculteurs qui utilisent des pesticides et des engrais synthétiques.

Les tests et contrôles privés en valent-ils la peine ?

Des analyses et des contrôles réguliers de l'eau sont une condition préalable à une eau potable de haute qualité.

Cependant, il ne faut pas oublier que ces contrôles et valeurs limites ne sont ajustés que très lentement, tout comme les valeurs limites. Puis, tant que des études qui ne sont simplement pas significatives, comme celles du scientifique Michael Schmitz qui enseignait auparavant à l'université de Gießen et qui était payé sous couverture par Monsanto, sont utilisées, nous devons supposer qu’au moins une partie des contrôles et des lois qui en découlent ne sont pas vraiment significatifs.

Des études indépendantes représentent, de ce fait, une bonne méthode de comparaison entre les analyses d’eau présentes, et les analyses privées constituent un complément utile pour confirmer et obtenir une certitude en matière de la propre qualité de l’eau.

 


Sources :

Bundesamt für Risikobewertung (Office
fédéral d'évaluation des risques) : Résidus de produits phytosanitaires dans l’eau potable
Umweltinstitut e.V. : Glyphosate : Interdiction en Autriche, un nouveau scandale en Allemagne
Ministère fédéral de la justice et de la protection des consommateurs
Radio et télévision suisse (RTS) : Valeurs limites pour l’eau potable dépassées d’un facteur de 22 fois
Confédération suisse : Initiative populaire pour une eau potable propre
Confédération suisse : Des pesticides dans la nappe phréatique
Der Deutsche Verein des Gas- und Wasserfaches e.V.

 

Pesticides dans l'eau potable - les analyses privées valent-elles la peine en Suisse ? Erich Westendarp from Pixabay " width="488" height="280"> En 2020, deux référendums ont été... lire plus »
Fermer fenêtre
Pesticides et engrais dans l'eau potable Suisse

Pesticides dans l'eau potable - les analyses privées valent-elles la peine en Suisse ?

Image by <a href="https://pixabay.com/users/hpgruesen-2204343/?utm_source=link-attribution&utm_medium=referral&utm_campaign=image&utm_content=1359862">Erich Westendarp</a> from <a href="https://pixabay.com/?utm_source=link-attribution&utm_medium=referral&utm_campaign=image&utm_content=1359862">Pixabay</a>

En 2020, deux référendums ont été organisés en Suisse autour de la limitation de l'utilisation des pesticides synthétiques. Cela peut également être trouvésur le site officiel de la Confédération suisse. Cependant, les deux ont été rejetés à la majorité au Conseil central au motif qu'ils allaient trop loin. Mais quelle est l'ampleur de la menace des pesticides dans l'eau potable en Suisse ?

Quels pesticides trouve-t-on souvent dans l'eau potable ? 

Alors que la vente de glyphosate a été interdite en Autriche en 2019, par exemple, ce produit est toujours utilisé régulièrement en Suisse. Le glyphosate est un pesticide qui empêche toutes les plantes de pousser en supprimant une enzyme. Étant donné que les humains ne possèdent pas cette enzyme, elle ne semble pas nocive à première vue. Cependant, plusieurs études suggèrent que le glyphosate peut être cancérogène pour les humains et les animaux. Une contre-étude qui a été diffusée et était financée secrètement par Monsanto, une entreprise leader dans le domaine des pesticides, s'est avérée non concluante.

 À la suite de ce scandale, l'étude a été supprimée, mais la désinformation circule toujours. D'autres pesticides qui ont été trouvés dans l'eau potable suisse sont, par exemple, l'herbicide pour betteraves Chloridazon, que l’on a trouvé dans des tests approfondis. Il en va de même pour les fongicides chlorothalonil et atrazine, dont la concentration est à nouveau en baisse depuis son interdiction en 2007. On dit que les herbicides aident à lutter contre les mauvaises herbes et les fongicides contre les attaques fongiques. Tous ces pesticides sont synthétiques et peuvent être nocifs à fortes doses. 


 

Mais les valeurs limites de l'UE pour les pesticides dans l'eau potable ne nous protègent-elles pas ?

En 2001, l'UE a fixé une valeur limite de 0,1 microgramme dans les eaux potables et souterraines pour les substances actives dans les produits phytopharmaceutiques et leurs produits métaboliques. Si ces valeurs sont dépassées, comme dans le village de Kappelen dans le canton de Berne, par exemple de 22 fois cette quantité, il ne se passe pas grand-chose. Le problème est à résoudre avec de nouvelles conduites et la réduction à long terme de l'utilisation de matériaux. Un autre problème est le mouvement extrêmement lent.
 Jusque dans les années 1980, des pesticides contenant du plomb étaient utilisés dans l'UE, et ils peuvent toujours être présents dans l'eau potable en Suisse et dans l'UE. Bien que la valeur limite pour le plomb vient d'être abaissée de 0,1 microgramme à 0,05 microgramme, le règlement effectif n'entrera pas en vigueur avant 15 ans. Et cela bien qu'une quantité réellement critique soit dépassée.

Comment les pesticides et les engrais pénètrent-ils dans l'eau potable ?

Il existe bien sûr des réglementations strictes pour la consommation directe de pesticides et d'engrais. Cependant, malgré une utilisation appropriée, des pesticides et des engrais peuvent apparaître dans les eaux souterraines. Ces substances pénètrent dans les eaux souterraines via la terre et les rivières, et de là vers nous dans les robinets d'eau. Souvent, les personnes touchées ne savent même pas que leur eau potable est contaminée, car les substances nocives sont souvent inodores et insipides.

Dans ce cas, la certitude ne peut être fournie que par une analyse privée de l'eau, car elle examine individuellement votre eau personnelle et fournit des valeurs claires.

La poison, est-elle vraiment indispensable ?

Auparavant, les mauvaises herbes étaient combattues mécaniquement, c'est-à-dire que les agriculteurs labouraient les champs, mais alors que le nombre d'agriculteurs diminue, la taille des champs augmente progressivement. Cela signifie qu’ils ont beaucoup plus de surface à travailler, et cette méthode est de moins en moins utilisée. En outre, le Conseil fédéral suisse apporte actuellement un soutien financier aux agriculteurs qui utilisent des pesticides et des engrais synthétiques.

Les tests et contrôles privés en valent-ils la peine ?

Des analyses et des contrôles réguliers de l'eau sont une condition préalable à une eau potable de haute qualité.

Cependant, il ne faut pas oublier que ces contrôles et valeurs limites ne sont ajustés que très lentement, tout comme les valeurs limites. Puis, tant que des études qui ne sont simplement pas significatives, comme celles du scientifique Michael Schmitz qui enseignait auparavant à l'université de Gießen et qui était payé sous couverture par Monsanto, sont utilisées, nous devons supposer qu’au moins une partie des contrôles et des lois qui en découlent ne sont pas vraiment significatifs.

Des études indépendantes représentent, de ce fait, une bonne méthode de comparaison entre les analyses d’eau présentes, et les analyses privées constituent un complément utile pour confirmer et obtenir une certitude en matière de la propre qualité de l’eau.

 


Sources :

Bundesamt für Risikobewertung (Office
fédéral d'évaluation des risques) : Résidus de produits phytosanitaires dans l’eau potable
Umweltinstitut e.V. : Glyphosate : Interdiction en Autriche, un nouveau scandale en Allemagne
Ministère fédéral de la justice et de la protection des consommateurs
Radio et télévision suisse (RTS) : Valeurs limites pour l’eau potable dépassées d’un facteur de 22 fois
Confédération suisse : Initiative populaire pour une eau potable propre
Confédération suisse : Des pesticides dans la nappe phréatique
Der Deutsche Verein des Gas- und Wasserfaches e.V.

 

Fermer filtres
 
  •  
  •  
de à
Aucun résultat trouvé pour le filtre !
Test d'eau de pesticide
Test d'eau de pesticide
Testez pour voir si vous avez des pesticides ou des herbicides dans votre eau potable. De petites quantités de ces derniers pénètrent dans l'eau potable encore et encore. Notre test de pesticides sur l'eau potable comprend huit...
299,00 CHF *
analyse de l'eau glyphosate
analyse de l'eau glyphosate
Le glyphosate est le principal composant de plusieurs herbicides totaux, ou à large spectre, utilisés principalement en agriculture pour tuer les mauvaises herbes. Il est fabriqué à la fois sous forme d'acide et de sel. Son effet sur la...
295,00 CHF *
Test de l'eau des bactéries
Test de l'eau des bactéries
Il peut être judicieux de tester l’eau afin de garantir une hygiène irréprochable de l’eau. Les bactéries peuvent s’introduire de différentes manières dans l’eau du robinet et représentent donc un risque potentiel. Les tests des...
89,00 CHF *
Analyse de l'eau Baby
Analyse de l'eau Baby
L’analyse de l’eau Baby vous permet de déterminer rapidement et en toute simplicité si votre eau du robinet convient pour préparer des aliments pour bébés. Plusieurs paramètres qui peuvent se trouver dans l’eau potable sont notamment...
87,00 CHF *
Test de l'eau Ideal
Test de l'eau Ideal
Le test de l’eau Ideal analyse l’eau du robinet afin de détecter des substances indiquant une corrosion qui se sont introduites dans l’eau potable, en particulier à travers le matériau de la tuyauterie. Pourquoi exécuter un test de l’eau...
74,00 CHF *
Test de l'eau de source Opti
Test de l'eau de source Opti
L’analyse du laboratoire de votre eau de source détermine des substances chimiques pertinentes. Par des influences naturelles et humaines (climat, agriculture, roches, industrie), de nombreuses substances comme le nitrate, manganèse ou...
97,00 CHF *
Test de l'eau Opti
Test de l'eau Opti
Testez votre eau au moyen du test de l’eau Opti afin de contribuer à une meilleure hygiène de l’eau. L’eau est analysée dans le laboratoire afin de détecter les métaux lourds toxiques, les nutriments sont dépistés, et la dureté de l’eau...
94,00 CHF *